Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est une plongée dans la guerre. Pas n'importe laquelle. Un bataillon féminin se préparant de nos jours à l'assaut des forces armées de DAESH.

Elles s'entraînent en pensant voler jusqu'à Sinjar, où se situent les montagnes de Ninive, en Irak, zone frontière occupée depuis août 2014 par l'État islamique à partir de Mossoul, entre la Turquie, au nord, et la Syrie, à l'ouest. Pour elles, l'ennemi est triple : l'EI, la Turquie et la Syrie, sans compter les terrains laissés minés par les armées de Saddam Hussein. Plutôt que de se trouver esclavagisées par les djiadistes, elles ont rejoint les forces des peshmergas, combattants kurdes, armés d'armes américaines et russes.

La première image du film évoque la beauté supposée de certaines cicatrices, et la dernière se ferme sur la déclaration de la même femme, toujours filmée en plan fixe très rapproché, une déclaration d'amour et de paix. Entre ces deux images : entraînement, pause, maniement d'armes, témoignages de combattants, sentinelles de nuit face au front ennemi...

Produit au Québec, le film a reçu de nombreuses distinctions : et les publics ont pu discuter avec la réalisatrice, Zaynê Akyol, d'origine kurde, notamment au festival du cinéma de Douarnenez, en août 2016.

Le mal à l'aise du spectateur provient à mon avis de ce discours souvent réaffirmé des femmes filmées selon lequel la lutte armée est (ou serait) la seule réponse à la barbarie conjuguée du capitalisme et du fanatisme, religieux ou pas. Comme s'il n'y avait jamais de sexisme qu'avec ou depuis ces deux uniques forces.

Comment, en effet, ignorer que nos propres États, les grandes puissances, la communauté européenne et la France, sont à l'origine des ventes d'armes à l'Arabie saoudite, premier fournisseur de l'État islamique ?

Comment d'autre part accepter chez des femmes ce qu'on a tant de mal à accepter chez les hommes ? l'endoctrinement sous forme de formation ? l'indifférence à la mort ? le caractère affectueux accordé aux armes en les dotant d'un nom ?

Je crois que, pour pouvoir supporter tant de propagande, on se doit de mesurer la cruauté de la communauté internationale laissant les forces du PKK isolées, seules face aux redoutables ennemis de l'ÉI.

Les propos de la réalisatrice pour présenter son film : https://www.youtube.com/watch?v=B9d-c7hVneo

Le dossier de presse : http://espacemedia.onf.ca/comm/le-long-metrage-documentaire-de-zayne-akyol-gulistan-terre-de-roses-remporte-le-prix-de-la-selection-doc-alliance/

+++

L’excellente interview d’une combattante kurde dans la revue BALLAST : http://www.revue-ballast.fr/quelle-revolution-au-rojava/

+++

Représentation du Rojava en France

COMMUNIQUÉ : QUE CESSENT LES ATTAQUES CONTRE CEUX QUI COMBATTENT DAECH

Dans le combat contre le djihadisme, nous sommes en première ligne depuis des années, au nom de l’humanité et sur la base de valeurs démocratiques et émancipatrices. Une forte solidarité internationale s’impose non seulement pour condamner mais aussi sanctionner ceux qui soutiennent le djihadisme, tel le régime islamo-fasciste d’Erdogan qui vient une nouvelle fois de voler au secours de Daech, mis en difficulté par la lutte déterminée de nos combattants sur le front de Raqqa.

En effet, ce matin, vers 2h, le Rojava a subi une attaque majeure de l’aviation turque causant non seulement de nombreux dégâts matériels mais aussi des pertes humaines (voir communiqué du Commandement Général des YPG ci-dessous). Ceux qui ont été visés sont les mêmes qui luttent contre Daech. Simultanément l’aviation turque a bombardé les monts Sinjar (foyer des Kurdes Yézidis, en Irak) libérés de Daech par les combattants de la liberté.

Khaled Issa, Représentant en France du Rojava, Paris lé 25 avril 2017.

COMMUNIQUÉ DU COMMANDEMENT GÉNÉRAL YPG

Hassakah, Rojava (25 avril 2017) – Le 25 avril 2017 à 2h, l’aviation turque a lancé une attaque de grande envergure sur le quartier général du Commandement Général des Unités de Défense du Peuple (YPG) sur le mont Karachok, près de la ville de Derik, où se trouve aussi un centre média, une station de radio locale, des centres de communications et d’autres installations militaires. Cette attaque perfide a tué et blessé beaucoup de nos camarades. Des précisions supplémentaires seront données à cet égard.

Nous, Unités de Protection du Peuple, déclarons que cette attaque lâche n’entamera pas notre détermination et notre volonté de combattre le terrorisme. Nous appelons aussi toutes les composantes de notre peuple au Rojava à rester unies derrière leurs forces armées légitimes face à cette attaque manifeste.

Commandement Général YPG | 25 avril 2017

Complément (25/04/2017, 17h) : nous venons d'apprendre que 20 combattants des #YPG ont été tués et 18 autres ont été blessés (dont 3 grièvement), sans compter les dégâts matériels pour les YPG et les civils.

 

Partager cet article

Repost 0